NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Galanterie, générosité… Ce qui séduit les filles chez les tontons chéris…

  • PDF

Offrir sa jeunesse à un vieux nostalgique de le sienne pour de l’argent. C’est le jeu favori de nombre de jeunes filles qui ont choisi de s’amouracher des Papys qui ont l’âge de leurs grands-parents.Si certaines le font en cachette, d’autres ne sont pas gênées de se promener avec un homme grisonnant avec qui elles ont conscience qu’ils ne pourront jamais fonder un foyer. Mais ces tontons chéris ou papa bonheur ont la patience de céder à tous les caprices de leurs bébés, ils sont toujours les bienvenus. Gare aux chasseurs de proie.

Effet de mode ou crise des valeurs ? Quoi qu’il en soit, le phénomène des jeunes filles qui s’amourachent avec des Papys prend de l’ampleur. Jadis, celles qui offraient leur jeunesse à ces grands parents se cachaient de peur d’attirer les regards indiscrets. Aujourd’hui, cela n’est plus tabou. Ce n’est plus gênant pour certaines mineures de se promener bras dessus dessous avec un vieux grisonnant. Qu’est-ce qui poussent ces demoiselles à choisir des papys au détriment des jeunes de leur âge ? A les croire, ceux qu’elles surnomment affectueusement « Tonton Chéri, papa bonheur », sont généreux, attentionnés et plus expérimentés que leurs petits-enfants.

Mme Sanoho est membre du cadre de coordination de la Scofi à l’inspection d’académie de Kaolack. Pour cette dame qui œuvre pour la maintien des filles à l’école, cette situation est plus que désolante. Elle lance un cri du cœur : « Nous luttons au quotidien pour que les jeunes filles soient émancipées. Il faut qu’elles s’affirment au côté des hommes et non qu’elles soient dépendantes ». Aussi, note-t-elle, il est regrettable de constater qu’aujourd’hui, nombreuse sont les jeunes filles qui juste pour des raisons financières donnent leur jeunesse à des vieux qui ont souvent l’âge de leur pères ou de leurs grands-pères. Elles sont partout dans les hôtels de luxe, auberges en passant par les maisons de passe à l’insu des parents ».

Un avis partagé par Nafissatou Diop qui considère que cette mode est un « véritable fléau ». Nafi se dit choquée par le comportement des vieux qui profitent juste de la naïveté de certaines célibataires. « Ces dragueurs sans morale sont souvent aisés. S’ils rencontrent une fille pauvre et matérialiste dont ils peuvent subvenir aux besoins, elles cèdent à leur avance sans penser que sa jeunesse est plus chère que le matériel », se désole-t-elle. Par ailleurs, ces histoires d’amour se déroulent loin des regards des parents qui qui sont souvent frustrés de découvrir que leur enfant fréquente un homme qui a leur âge.

Source :Walf Grand Place

 

Identification



Faire un don

Enter Amount: