NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Parité et égalité des droits entre hommes et femmes : l’exemple venant du Sénegal.

  • PDF

L´adoption par la majorité des députés  de la loi sur la parité femme-homme le 14 mai 2010   au Sénégal, est une vraie révolution en Afrique toute entière. Exception faite pour le Rwanda où il y’a déjà 45 femmes députés sur 80. Une situation très peu médiatisée et sûrement justifiable par la proportion très élevée de morts chez les hommes pendant le génocide et la guerre civile de 1994.

La femme sénégalaise peut aujourd’hui se projeter un avenir radieux et plein d´optimisme.Toutes les ambitions professionnelles, politiques et sociales, même les plus audacieuses, lui sont désormais officiellement permises.

Qu´elles aient égalité de chance avec les hommes et partageant avec eux, à parts égales les postes de travail au sein de tous les secteurs de l’administration  est une grande victoire. D’autant plus que le pays compte une population féminine à plus de 50 % analphabète. La nouvelle législation permettra aux femmes instruites, intellectuelles, savantes de s’épanouir au même titre que leurs homologues males et avec plus de chance de se retrouver au sommet.

Mais d’ici que cela ne devienne une réalité, elles ont une dernière bataille à livrer, celle de s’assurer que La loi s´applique vraiment, que les multiples ordonnances qui prônent l´égalité soient effectivement respectées. A commencer par  le droit à l’éducation et à la gratuité de l´enseignement primaire et secondaire.

Les femmes sénégalaises peuvent déjà se targuer d’avoir une alliée sûre – les Nations Unies dont l´initiative « Pays pauvres très endettée et l´exploit 2015 du millenium de l´ONU pour la réduction de la pauvreté et contre les maladies élémentaires » peut leur être d’un soutien inestimable dans la consolidation de leur acquis. Cela commence par la lutte contre la pauvreté surtout féminine et contre  la pandémie du siècle : le VIH/SIDA.

Cette victoire de la femme sénégalaise est envisageable en Guinée. La prévision des 30% de places pour femmes dans la constitution Guinéenne permet en tout cas d’espérer.

Le prochain combat juste après les prochaines élections presidentielles, législatives  et communales devrait s’axer sur la réclamation de la parité 50-50.  C´est un impératif vital.

Le Sénégal à donné le ton  et nous ne devrions avoir aucun complexe à lui emboîter le pas.

Que la Guinee reste bénie.


Nenette

Identification



Faire un don

Enter Amount: