NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Interview:Kadiatou Djidja Baldé

  • PDF

Kadiatou Djidja Balde patronne d'entreprise:"Le respect de la femme vient de son épanouissement.."Kadiatou Didja, guinéenne vivant à Paris est une femme d'affaires évoluant dans le comsmétique.Sportive dans l'âme, dans son allure manequin, Didja est ce genre de femme, toujours à l'aise dans ses gestes et paroles, libre dans l'esprit.Des qualités qui lui ont permis de braver les tâches difficiles et de vaincre les obstacles à l'image de ses camarades garçons depuis le lycée jusqu'à l'université.

 

Cela n'a pas été étonnant de la voir briller et s'imposer dans une classe de maths et informatique  ou sur  une aire de sport. Des qualités qui seront ses atouts dans sa vie professionnelle. Nous l'avons rencontrée. Entretien à lire.

Nenehawa.com: Bonjour Didja… Pourriez-vous nous parler de vos  débuts  dans le domaine des produits cosmétiques ?

Kadiatou Didja: Au pays déjà, j’avais une entreprise dans le domaine des fournitures de bureau, de la décoration en plus de mon travail…

Une fois à Paris, j’ai travaillé dans une société mandatée par EDF (Electricité de France) pour les panneaux photovoltaïques pendant un bon moment où j’avais des heures vraiment pas possibles avec les enfants.

Après maintes réflexions, j’ai décidé de créer une entreprise.

Et pour cela j’ai suivi des formations en création d’entreprise au niveau de la chambre de commerce et de l’industrie et de la chambre des métiers et de l’artisanat.

J’ai assisté à des forums, des ateliers. Il faut vraiment s’investir  car en tant que chef d’entreprise c’est vraiment du boulot.

Qu’est ce qui vous a fait penser à ouvrir une boutique des produits cosmétiques  étant donné que vous avez eu à travailler dans d´autres   domaines ?  Parlez nous un peu de vos expériences  professionnelles précédentes…

J’ai eu à ouvrir une boutique  de produits cosmétiques car étant jeune, j’ai toujours aimé la mode, la beauté, se sentir bien dans sa peau.

Jeune et à l’école primaire j’étais comme un petit garçon. Je n’aimais pas les bijoux,  Je me coupais régulièrement les cheveux car je n’aimais pas me tresser, pas d’embellissement, rien j’étais vraiment   naturelle.

A mon arrivée au collège, j’ai commencé à défriser les cheveux toujours court et je me faisais des coupes de cheveux très court jusqu’au moment où le principal du collège renvoyait toutes les filles qui ne sont pas tressées.A partir de ce moment là, j’ai commencé à le faire.

Au collège déjà, je faisais parti d’une équipe de filles hôtesses de la ville de Fria et quand il y avait des événements, on nous habillait en fonction et nous coiffait.

A 14 ans, je faisais parti  également des mannequins de la ville de Fria où  on participait à pas mal de défilés de mode (coiffure-couture) et en même temps j’étais membre de l’équipe préfectorale de volley-ball de Fria en qualité d’attaquante.

Je participais  souvent à des concours de beauté et au championnat national de volley-ball dans ma préfecture et dans d’autres villes.

Une fois à Conakry,  j’étais membre de l’Association Sportive des Forces Armées de Guinée (ASFAG) et  nous sommes même devenus vice champion de Guinée.

Etant une grande sportive, j’aimais m’entretenir et les postes que j’occupais au  boulot m’obligeaient à toujours être bien présentable (être tout le temps au top) surtout quand on vend l’image de sa société en tant que responsable marketing et communication,  il fallait soigner son image.

Je me suis toujours dit qu’il n’ya pas de vilaines femmes seulement l’entretien qui les différencie.

J’ai toujours eu envie d’ouvrir un point de beauté mais mon boulot ne me laissait pas le temps. En plus j’avais d’autres vocations.

S'agissant de mon parcours académique et professionnel, après l'école primaire, le collège et le lycée à Fria (munie de mes 2 bacs en Mathématique), j’ai suivi un cursus universitaire à Conakry, sanctionné par un diplôme en Maths-Info.

Après un an passé à la Direction Nationale des Impôts, je me suis retrouvée à la SOTELGUI (Société des Télécommunications de Guinée) où j'ai été Responsable Recouvrement, Responsable Litiges et Contentieux et enfin Responsable Marketing et Communication. Je vis actuellement à Paris avec mes enfants.

Avec une expérience professionnelle d'une dizaine d'années dans les télécommunications et un an dans une société mandatée par EDF( Electricité de France)  pour les panneaux photovoltaïques où j'ai été responsable Marketing, j’ai décidé une fois  à Paris de mettre mon expérience professionnelle  (marketing, beauté et sport) aux services de mes sœurs africaines.

Je me suis dite "sois indépendante-crées ton entreprise-mets ton expérience professionnelle même si c’était dans les télécommunications ou dans l’électricité et ta carrière en tant que mannequin ou sportive au profit de tes sœurs.  Lances toi et le reste viendra"

C’est comme ça que je suis parvenue à créer mon entreprise : CI DJIDJA BOUTIQUE depuis un an où je vends des produits cosmétiques, beauté et exotiques avec la mise en place d'un salon de coiffure. I Djidja Boutique - Ivry-sur-Seine (www.mavillemescommerces.com)

Avez-vous rencontré des difficultés ?  Si oui lesquelles ?

Comme tout entrepreneur, la première année  est toujours difficile.Je remercie le bon Dieu de m’avoir donné la chance pour l’ouverture de mon entreprise, ma famille, mes amis et particulièrement mon conseiller qui ne ménage aucun effort pour me soutenir à aller de l’avant car il tient à ce que je mette mon expérience sur le terrain malgré les difficultés rencontrées.

Il faut surtout  beaucoup de courage,  la patience  et aussi  la persévérance.

C’est une année en générale de perte, pas de bénéfice et beaucoup de dépenses. C’est pourquoi, il faudrait bien faire son business plan avant de commencer et surtout prévoir les imprévus.

Déjà mère de famille donc savoir gérer son planning de sorte que les enfants soient prioritaires.

Mais rien n’est impossible, il suffit d’une bonne organisation et le reste viendra petit à petit.

Quels sont vos projets à long terme ? Voulez vous toujours rester dans le même domaine ou alors  vous souhaitez vous lancez dans une autre aventure?

En plus de la boutique et du salon de coiffure, je compte me lancer dans le « show biz « en tant qu‘entrepreneure de spectacle. C’est un projet qui est déjà mis sur place, j’attends la finalisation pour m’y lancer définitivement.

Vous êtes une femme active et indépendante;  que pensez-vous des droits de femmes dans notre pays  ces dix dernières années ?

En ce qui concerne la notion de droit de femme, je dirai qu’elle est formelle encore chez nous.

Quelques femmes intellectuelles commencent à avoir leur place dans la société. Mais, jusqu’à présent les femmes n’ont pas la maitrise de cette notion de droit.

Toute femme libre d’esprit qui se cherche est directement ou indirectement qualifiée( à tord ) de « canailles ».

Je suis contre le fait que  les femmes intellectuelles soient en général marginalisées… La plupart et malheureusement qui  sont victimes d’harcèlement et de discrimination,  pour ne pas être  mal vues par toute la société,  préfèrent le silence.

Ne baissons pas les bras, battons nous pour trouver notre place dans cette société.

J’encourage nos sœurs commerçantes et entrepreneurs d’aller de  l’avant car le respect même du foyer vient par l’épanouissement de la femme dans le foyer, et de sa participation pour l’éducation de ses enfants. La plupart des femmes qui souffrent dans leurs foyers sont financièrement dépendante du mari.

Le respect  de la femme vient de son épanouissement et de sa participation dans la vie socio-économique.

Quel conseil donneriez-vous à celles qui veulent se lancer dans les affaires ?

A toutes mes sœurs, oublions l’esprit femme c'est-à-dire attendre tout du mari et rien au retour. Je l’ai déjà dit, le respect dans le foyer commence par notre épanouissement  et  participation.

Levons nous, travaillons et battons nous à côté  de nos maris pour qu’ensemble nous préparions l’avenir de nos enfants. Au travail battons nous pour retrouver notre place.

Laissons les rues et les bureaux ca  ils ne feront que nous nuire.

C'est un plaisir de vous avoir sur notre site nenehawa.com. Nous vous souhaitons grande réussite dans tous vos projets .

C´est moi plutôt qui vous remercie de m´avoir donné l´opportunité de m´exprimer et vous souhaite à mon tour  plein de succès.

Propos recueillis par Nenette Baldé pour  nenehawa.com

Identification



Faire un don

Enter Amount: