NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Interview :Mme Diallo Aminata Bangoura, chargée de la communication de Miss Guinée France..

  • PDF

Qui est Madame Diallo ?

Bonjour Nenette !

 

Je m’appelle Aminata Diallo, née Bangoura. Je réside avec mon mari à Boulogne-Billancourt en région parisienne et travaille au département Propriété Intellectuelle de Valeo Engine and Electrical Systems dans le domaine des moteurs et véhicules électriques. J’ai toujours évolué dans le domaine de la Propriété Intellectuelle : après mon Master II de Juriste d’Affaires International, et mon année et demie en école de commerce, j’ai intégré le service Propriété Intellectuelle de grands groupes tels Peugeot, le Cabinet Plasseraud pour de nouveau retourner au sein du groupe VALEO, entreprise au sein de laquelle j’ai effectué un an de stage au cours de ma formation en école de commerce.

 

Le département Propriété Intellectuelle est un service très autonome au sein duquel nous nous occupons de la protection des inventions du groupe et d’engager des actions en contrefaçons lorsque nos inventions sont illégalement copiées. J’aime ce métier et je me plais à évoluer dans cet environnement.

Parallèlement à mes activités professionnelles et personnelles, je travaille de manière bénévole pour l’Association des Jeunes Guinéens de France (AJGF).

Vous êtes membre du Bureau de l´association des jeunes Guinéens de France, (AJGF) ? (Que représente exactement cette association et quelle  responsabilité  vous y occupez ?

Je mentirais en disant que je suis membre du Bureau de l’AJGF : en réalité je travaille pour 2 commissions de l’association. Dire que je suis membre du Bureau ferait bondir quelques personnes qui, je suis sûre, ne manqueront pas de m’appeler à la lecture de cette interview ! (rires)

L’Association des Jeunes Guinéens de France, tout aussi connue sous le nom de AJGF est une association à but non lucratif qui œuvre pour que la culture, les valeurs de la Guinée, soient connues et reconnues au sein de notre pays d’accueil qui est la France. Généralement, lorsque l’on parle de la Guinée, beaucoup pensent directement à la Guinée-Bissau, d’autres vous citeront la Guinée Equatoriale et certains la Papouasie Nouvelle Guinée. Nous sommes partis de ce constat et avons décidé d’élever notre voix afin de nous faire connaître en France. C’est ainsi que nous avons développé petit à petit nos projets et nos ambitions. Je suis fière aujourd’hui d’écrire que l’AJGF est l’association guinéenne de référence en France, et ceci à force de travail et d’acharnement mais aussi grâce à vos nombreux soutiens. Nous ne cesserons de vous remercier pour la confiance accordée.

Afin que vous compreniez la raison pour laquelle je me suis permise de vous rectifier lorsque vous avez utilisé le terme de Bureau à mon égard, je me dois d’expliquer l’organisation et le fonctionnement de l’association.

Le Bureau de l’association, à proprement parlé, est composé du Président, Vice-président, Secrétaire Général, la Trésorière et les 5 responsables de commissions. Les personnes n’appartenant pas au Bureau sont des membres et membres actives, c’est à cette dernière catégorie que j’appartiens.

L’AJGF est organisée en commissions et sous-commissions chacune composée en moyenne de 13 personnes.

Les commissions qui la composent sont :

1/la Commission Culture et Sport, en charge des événements culturels (Miss Guinée France, pique-nique géants, soirées dansantes,…) et sportifs (tournoi de football, d’athlétisme,…)

2/la Commission Etudiante qui s’occupe de l’accueil et de l’accompagnement des étudiants guinéens en France, dans leurs démarches administratives

3/la Commission Insertion Professionnelle qui organise des conférence-débats sur des thèmes variés. Notre prochain projet est l’organisation d’un forum pour l’emploi qui réunirait des chefs d’entreprise basés en France pour un recrutement en Guinée et des chefs d’entreprise basés en Guinée. Ces derniers feront le déplacement en France pour recruter des forces vives pour le développement du pays. Malheureusement, avec la situation politique actuelle, nous ne pouvons mettre ce projet en pratique pour le moment, étant dépendants de la tenue des élections.

4/la Commission Sociale et Solidarité, qui est une oreille attentive pour toute personne qui la sollicite. Tel un réconfort, cette commission aide toute personne dans les difficultés de la vie. Je précise que nous sommes une association avec un budget restreint, il est donc rare d’apporter ici une aide financière (bien que cela ait déjà été le cas, dans de rares exceptions), il s’agit plus d’un soutient moral et aide dans les démarches quelles qu’elles soient, autres que financières.

5/ la Commission Communication, la commission clé de l’AJGF car s’occupant de la communication des événements de l’association d’abord par le biais du site de l’AJGF (www.ajgf.fr) mais aussi par l’intermédiaires des réseaux sociaux, de nos sites partenaires et de nos partenaires autres que les sites.

6/une commission ad hoc, la Commission Projets en charge des gros projets de l’association, notamment ceux tournés vers la Guinée (construction d’une école professionnelle en zone rurale, rénovation d’écoles,…)

Vous comprenez maintenant que la précision est de taille ! (Rires)

Mon époux, Ibrahima Sory, est le responsable de la Commission Culture et Sport, la commission qui organise l’événement Miss Guinée France. J’œuvre à travailler moi aussi dans cette commission, notamment au sein des sous-commissions partenariat où je m’occupe essentiellement de la recherche de partenaires et de la rédaction des contrats et sous-commission communication (de Miss Guinée France et non de l’AJGF) où je suis en charge de la communication de Miss Guinée France sur Facebook uniquement, en ce qui me concerne. Pour exemple, c’est moi qui anime le site Facebook de Miss Guinée France ainsi que notre page fan, qui, en moins de 3 mois, a dépassé les 3200 membres, un véritable succès !

J’aspire également à travailler au sein de la Commission Insertion Professionnelle et dans toute commission qui sollicite mon aide.

Quel est l´objectif visé par votre association en organisant ce grand événement qui est Miss Guinée France ? Pouvez-vous nous dire en quelques lignes quels sont les  critères de recrutement des candidates ?

Miss Guinée France a pour principal objectif de mettre en valeur la beauté et la culture guinéenne dans notre pays d’accueil et d’inciter les candidates qui, pour la plupart d’entre elles sont nées en France, à découvrir et s’attacher à leur pays d’origine. L’utilisation rapprochée des 2 pays, Guinée et France, traduit notre volonté qui est à la fois de faire connaître notre pays d’origine et d’associer notre pays d’accueil dans notre démarche.

Les candidates sélectionnées ont donc un rôle qui va au-delà de celui de simples ambassadrices de la beauté guinéenne en France : elles doivent avoir une démarche éloquente, une qualité d’expression irréprochable et faire preuve d’intelligence, d’ouverture d’esprit, d’abnégation.

Les questions que nous leur posons au cours des castings touchent aussi bien à la culture guinéenne, son histoire, sa géographie, sa politique,… qu’à la culture française, son histoire, sa géographie, sa politique,... La question la plus régulièrement posée cette année était celle de savoir comment elles vivaient au quotidien leur double culture et quels usages elles en font. Beaucoup de candidates se sont démarquées par leurs réponses, d’autres ont été sommées d’approfondir leurs argumentations. Je vous confirme que la sélection a été difficile cette année encore ! J

La  Miss Guinée France élue, en quoi consiste sa mission ?

Miss Guinée France a pour mission principale de représenter la Guinée en France. Cette représentation passe par sa participation à des soirées caritatives, des entretiens avec l’Ambassadrice de Guinée en France (malheureusement cette année, Miss Guinée France 2010 n’a pu rencontrer l’Ambassadrice, du fait des événements du 28 septembre 2009. il convient de préciser que l’Association des Jeunes Guinéens de France (AJGF) est une association apolitique, il est donc évident que Miss Guinée France 2010 ne pouvait, à ce titre, rencontrer l’Ambassadrice après les événements qui ont suivi le massacre du 28 septembre 2009), la mise en pratique de son projet.

Nous demandons à chaque candidate de croquer un projet qui lui tient à cœur, et qu’elle souhaiterait réaliser. L’AJGF les accompagne dans cette réalisation, car c’est une obligation pour la Miss élue de satisfaire à ses obligations. L’une de ses principales obligations est la concrétisation de son projet.

A titre d’exemple, Oumou Hawa TOURE, l’actuelle Miss Guinée France, a organisé en juillet dernier une soirée caritative pour mener à terme son projet en faveur des enfants orphelins. La soirée a été un véritable succès et nous remercions de nouveau tous les intervenants et ceux qui y ont contribué de près et de loin.

Combien de femmes compte ce bureau ? En êtes vous satisfaite ?

Le Bureau de l’AJGF, tel que définit plus haut, compte deux femmes, la Trésorière et la responsable de la Commission Sociale et Solidarité.

En ce qui concerne les membres et membres actifs, les femmes représentent 30% des effectifs de l’AJGF, et 70% des effectifs du Comité Miss Guinée France où d’ailleurs elles dirigent 3 des 4 sous-commissions. Ce chiffre n’est évidemment pas satisfaisant.

Mais attention, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une discrimination, les candidatures étant  ouvertes et chacune étant libre de déposer la sienne. C’est certainement la charge de travail, les responsabilités personnelles et celles à assumer au sein de l’association qui expliquent ce fait. Je ne voudrais toutefois pas m’avancer sur ce terrain, n’ayant pas réalisé de sondage à ce propos. Pour ne citer que mon exemple, je peux affirmer que cela est le cas pour moi : bien que beaucoup de membres de l’association m’encouragent à déposer une candidature pour le prochain poste de président dont l’élection aura lieu en mai 2011, c’est un défi qui va au-delà de ma volonté ; si mes engagements professionnels, personnels et politiques n’empiétaient pas déjà sur mon temps libre, et comme je tiens à consacrer le maximum de temps possible à ma vie de femme mariée, j’aurai pu satisfaire cette ambition, mais dans l’immédiat c’est chose impossible. Toutefois, je ne laisse aucune porte fermée, que nul ne soit déçu ! (rires)

Certains hommes pensent que l’exigence de plus de  représentativité des femmes dans les postes à responsabilités  chez nous est exagérée. Qu’en pensez-vous ?

Les hommes sont tout simplement frustrés à l’idée de partager le pouvoir avec les femmes.

Ils savent pertinemment qu’une femme est plus rigoureuse, plus ambitieuse, plus engagée, raison pour laquelle  ils ont peur de nous voir assumer des postes à responsabilités. Cela nous permettrait de prendre notre envol, notre indépendance et se traduirait pour eux en une perte de contrôle. C’est justement ce côté arriéré qu’il convient de mettre de côté pour conjuguer nos talents et réaliser nos desseins communs. Ne dit-on pas que derrière chaque grand homme se trouve une femme d’exception ? Il est temps de découvrir cette femme et lui permettre de contribuer au développement de la société, les problèmes sociaux ne se résolvant pas uniquement derrière les fourneaux.

Quels conseils auriez-vous à donner aux femmes pour qu’elle puisse couper le cordon de dépendance vis-à-vis des hommes

Je sais pour le vivre, qu’il peut être difficile d’être femme au XXIème siècle, surtout quand on cultive à la fois sa culture française et guinéenne. Mais cela n’est pas incompatible : nous les femmes devons apprendre à aller de l’avant sans annihiler notre culture et sans tomber dans les préjugés occidentaux. C’est un défi que chacune peut relever, en son âme et conscience tout en valorisant l’héritage de nos parents.

L’intelligence n’est pas innée, le savoir non plus, la sagesse encore moins aussi je reste persuadée que derrière chaque  femme se trouve la volonté de conjuguer modernité et tradition. Les femmes doivent apprendre à faire valoir leur décision, sans toutefois dépasser la limite du respect dû aux aînés. Feu mon grand-père (puisse son âme reposer en paix) m’a toujours encouragé à défendre mes opinions sans outrepasser les limites du raisonnable. C’est ce même conseil que je me permets de donner à mes consoeurs afin de leur éviter tout sentiment de frustration.

Mes idées peuvent paraître révolutionnaires, mais quand on examine l’époque du Prophète, nous pouvons nous rendre compte que la mère des croyants Aïcha et Khadija avaient des rôles bien ancrés dans la société et importants auprès de leur mari. L’évolution des moeurs a conduit à cette disparition du rôle phare de la femme dans nos sociétés, la reléguant à un statut second voire inexistant.

Si nous souhaitons vivre en conformité avec les préceptes de l’Islam, notre religion révélée, il convient de les appliquer dans leur ensemble et éviter de faire prévaloir telles prescriptions parce qu’elles nous arrangent plus que d’autres. D’autant plus que ces-dites prescriptions n’entrent nullement en conflit avec les valeurs de la République.

Votre projection sur  l’évolution des droits de la femme dans 10 ans, 20 ans en Guinée.

La femme est l’avenir du monde, l’avenir de notre société, encore plus celle de la Guinée. La Guinée ne porte-t-elle pas le nom de « femme » ? A l’aube d’une démocratie naissante, il est inconcevable d’envisager un avenir sans associer les femmes au projet civil.

Loin de moi l’idée de l’émergence d’une société matriarcale en Guinée, mais la femme guinéenne doit se libérer de cette incapacité dont elle est taxée et mener avec l’homme le défi du XXIème siècle : celui d’élever la Guinée vers les puissances mondialement reconnues (la Guinée a les ressources nécessaires pour cela) et faire oublier ces images atroces du 28 septembre 2009 gravées dans les mémoires du monde entier. La bêtise est humaine et la douceur est femme. La seule façon d’associer les femmes au pouvoir est d’arracher les convictions, pour faire pleuvoir les décrets de nomination. Depuis le 28 septembre 2009 le peuple de Guinée est déterminé, nous les femmes encore plus.

Quelques  suggestions à nenehawa. Com.

Je vous encourage, vous et votre équipe, à poursuivre votre dessein. Ce site d’information est bénéfique et bien administré. Avez-vous pensé à la création d’une rubrique qui traiterait des thèmes de société (ethnocentrisme, mariage forcé, excision,…)? Son objectif  serait de réveiller la conscience sociale et sensibiliser les populations.

Merci de nous avoir accordé cette interview

Merci à toi Nenette pour la sollicitation, ce fût un grand plaisir que de partager mes idées avec toute l’équipe. Je vous souhaite une bonne continuation pour vos projets futurs : puisse Dieu vous accorder Sa grâce immense et vous faciliter.

Identification



Faire un don

Enter Amount: