NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Interview : Zenab sapin Barry créatrice d´entreprise et juriste de formation

  • PDF

Zenab sapin Barry, créatrice d´entreprise et juriste de formation : « Ma marque de Cosmétique Bio est carrément une passion et cela me rattache complètement à mon enfance passée en Guinée, à travers les souvenirs que j’ai avec ma grand-mère Hadja Hawa Fofana et ma mère qui m’ont transmis l’amour de ce produit. »Elle fait la fierté de la femme guinéenne  par son talent et  son courage à aller jusqu’au bout de ses rêves. Nenehawa.com l´a rencontré pour un entretien riche en révélations et assez passionnant qui pourrait inspirer tout ceux ou celles qui aimerait se lancer dans les affaires.

 

 

Bonjour Zenab ! Vous êtes une femme créatrice d’entreprises, expliquez-nous votre parcours scolaire, universitaire et professionnel et bien entendu les différentes structures que vous avez  créées ?

Bonjour Nenette, je tiens avant tout à te remercier et t’encourage pour ce que tu fais dans la mise en valeur du travail effectué par la femme Guinéenne aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre chère GUINEE. Pour répondre à ta première question :

J’ai effectué mes études primaires à Fria (République de Guinée), j’y ai également fais une partie de mes études secondaires (au collège Jozip Broz Tito), avant de poursuivre mes études à Conakry au collège Kipé. Après le baccalauréat au lycée Matam, j’ai fais des études de Droit à l’Université Gamal Abdel Nasser sanctionné par une  maîtrise en Droit Privé.Après ce diplôme, j’ai intégré le Cabinet d’Avocat de Maître Abdoul Kabèlè Camara, avant de venir à Paris pour une spécialisation en Droit des Affaires (car j’ai toujours voulu faire des études et en même temps j’ai toujours aimé faire du business depuis toute jeune, donc le Droit des Affaires était parfait pour moi).

Déjà petite, j’ai appris (auprès de ma grand-mère) à faire des mailles (des hauts au crochet) et des macramés, que je fabriquais et vendais (j’ai des copines qui me disent, encore avoir des hauts en mailles que je tricotais et vendais au lycée et à l’Université).

Je suis donc arrivée à Paris pour intégrer l’Université Paris II Panthéon-Assas où j’ai décroché mon diplôme en Droit des Affaires et j’ai par la suite intégré l’Institut d’Etudes Judiciaires de Paris II Panthéon-Assas et Capavocat.Au vu des expériences que j’avais déjà acquises en Guinée, j’ai tout de suite commencé à travailler en arrivant à Paris, dans des Cabinets d’Avocats Parisiens et des PME en tant que Juriste. J’ai par la suite travaillé en tant que Juriste-Conseil au sein d’une entreprise Parisienne (TCSF).

Au niveau de mon parcours Universitaire, j’ai également décroché un diplôme en Master de Droit du Commerce International, au Centre de Techniques Internationales à Paris, avant d’intégrer le Master Droit des Affaires à l’Université Paris I Panthéon - Sorbonne.

En 2005, j’ai créé une entreprise de prestations « Intellectuelles » (c’est le terme technique consacré) avec un pôle JURIDIQUE et un pôle NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication).

A côté de cette structure, je suis propriétaire d’une marque bio à base de beurre de Karité.

Que faites vous concrètement dans votre société de « prestations intellectuelles »

Dans cette structure, nous avons un pôle JURIDIQUE, composé d’une équipe d’experts juridiques que je pilote et qui a pour activités principales :

Assurer une compétence juridique auprès des entreprises clientes ;

La rédaction de charte informatique (document qui régit l’ensemble des pratiques liées à l’utilisation des outils informatiques au sein d’une entreprise)

La mise en conformité de Site Web (en transmettant à nos entreprises clientes toutes les informations nécessaires à toutes activités sur Internet)

Les Prestations liées au droit d’auteur / Droit à l’Image

La Rédaction de Contrats technologiques (Privés et publiques) et des Contrats nationaux et Internationaux relatifs au droit des NTIC (Droit des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication)…Et un pôle NTIC qui est composé d’une équipe d’ingénieurs informaticiens qui a lui, pour activités principales :

L’Infogérance

L’Ingénierie de systèmes et des réseaux sécurisés

L’Assistance technique

La Vidéo surveillance…

Nous voulons un peu nous étendre sur votre marque de Cosmétique Bio à base de KARITE… Comment est née l’idée de le commercialiser ?

Comme décrit plus haut, j’ai une formation d’Avocate, je continue d’exercer le métier de Juriste – Conseils et je tiens à signaler que c’est un métier que j’adore et dans lequel je m’épanouis pleinement. Ma marque de Cosmétique Bio est carrément une passion et cela me rattache complètement à mon enfance passée en Guinée, à travers les souvenirs que j’ai avec ma grand-mère Hadja Hawa Fofana et ma mère qui m’ont transmis l’amour de ce produit.Je rends également hommage à une autre de mes mamies Hadja Ténèn Condé à Fria, qui m’a transmis le goût d’utilisation de ce produit ainsi que les petits secrets de son utilisation dans la cuisine, car il faut savoir que le KARITE extrait sans solvant, sans additif peut être consommé et intégré à la cuisson d’aliments.

L’idée de commercialiser ce produit m’est venue d’abord par le désir de partager les connaissances que j’ai acquises sur ce produit (en côtoyant mes grands-mères) notamment sur ses bienfaits, ses vertus et ses nombreuses utilisations (hydratation, protection de la peau… l’embellissement des cheveux et le traitement du cuir chevelu).J’ai aussi fait un constat. En Europe, le Karité est méconnu ou mal connu, pas assez utilisé et les gens ne savent même pas à quoi il ressemble. Alors qu’il est la plupart du temps incorporé dans des crèmes ou d’autres produits et en infime quantité.

La deuxième raison est ma volonté de mettre en avant un produit, qui est pour moi, incontournable parmi les produits consommés en Afrique, que ce soit dans la cosmétique, la savonnerie, la pharmacopée, l’alimentaire…Depuis que je suis en France, j’ai fait connaître ce produit à pleins de gens en leur expliquant ses bienfaits et en leur donnant des échantillons pour leur faire découvrir le vrai Karité de notre pays, ce qui est un moyen (parmi tant d’autres) d’offrir une visibilité à la Guinée au niveau international.

La troisième raison et non la moindre : Rendre hommage à toutes ces femmes qui travaillent dur pour subvenir aux besoins de leur famille. A travers ma marque de Cosmétique nous permettons aux communautés productrices de ce produit extraordinaire qu’est le Karité d’être assurées d’avoir un revenu régulier et ainsi améliorer leurs conditions de vie .A travers la marque Mama Sango-Cosmétique Bio au Karité, nous mettons en valeur les produits du terroir guinéen et cela favorise la commercialisation au niveau international des produits de notre cher pays et donc de nouveaux marchés pour les producteurs.

Comment s’appelle exactement votre marque et d’où vous vient les techniques, le « know how » nécessaire ?

Ma marque s’appelle MAMA SANGO-COSMETIQUE BIO au KARITE, hommage à ma grand-mère Hadja Hawa Fofana (qui nous a quitté il y’a peu, paix à son âme) que nous appelons affectueusement Mama Sangoyah d’où le nom « Mama Sango » car je lui ai donné le nom de ma marque de Cosmétique et elle en était fière ;

Le logo de ma marque quant à lui représente ma maman, ceci est une façon de lui rendre hommage et par la même occasion mettre en avant et également rendre hommage à la femme Africaine qui est l’actrice principale de la production du beurre de Karité en Afrique.

Le « know how » (le « savoir-faire » en français) que nous appliquons pour la fabrication de notre Karité est une technique millénaire employée par les communautés productrices de notre Karité, en plus de la technique traditionnelle qui me vient de toutes les connaissances que j’ai acquises auprès de mes grands-mères et de ma mère sur ce produit, qui nous permet d’obtenir un excellent KARITE et la formulation et le conditionnement sont quant à eux effectués en France.

Faites-vous  face à un marché concurrentiel ? Si oui quels sont vos atouts pour vous démarquer ?

Il existe un marché concurrentiel, mais nous comptons entre autres sur la très haute qualité cosmétique de nos produits pour faire la différence. Nous maîtrisons également toute la chaine de production de notre Karité (extraction en Guinée, Afrique de l’Ouest avec une équipe sur place et conditionnement en France). Nos produits sont certifiés Ecocert (Organisme de certification agréé) et nous sommes adhérents et signataires de la Charte Cosmébio (qui est la plus grande association des professionnels de la Cosmétique écologique et biologique en France).

La technique d’extraction de notre Karité que nous employons (qui est un secret millénaire de fabrication) nous permet également d’avoir une haute qualité de Karité cosmétique.

Tous ces éléments nous différencient de beaucoup de marques qu’on peut rencontrer sur le marché actuel de la cosmétique naturelle et biologique en France.

Quels sont les moyens de communication et publicitaire mis en œuvre pour promouvoir votre marque ? Avez-vous un site internet par exemple ?

Je peux vous avouer que mon expérience dans les NTIC et le travail effectué par mon équipe du pôle NTIC de ma structure GLOBAL CONSEILS m’ont permis d’aborder de façon très Zen cet aspect de la création de ma marque de Cosmétique Bio.

Nous avons un site internet : http//www.mama-sango.com, j’invite les lecteurs et les lectrices de votre site internet à le consulter pour y découvrir nos différents produits baumes corps, baumes cheveux (cheveux secs, cheveux cassants, baume anti-pellicules), la gamme pour sportifs, les sticks et baumes à lèvres ainsi que pleins d’autres gammes à venir. Nous sommes également présents sur facebook et Twitter.

Nous avons des flyers et des affiches dans tous nos points de distribution, nous avons également des partenariats avec des structures (Instituts de beauté, Spas, Salons de coiffure…), des organisateurs d’évènements culturels avec lesquels nous avons des partenariats, des professionnels du massage comme des Kinés, des Ostéopathes, des Masseurs qui ont adopté nos produits et en sont très contents.

Aujourd'hui, quelles sont vos ambitions pour l'avenir ?

Y’en a tellement, pour moi-même et pour les autres, mais dans un premier temps je vais continuer à développer mes entreprises et en créer d’autres et aussi pouvoir réaliser des œuvres caritatives qui me tiennent à cœur. Je prie que Dieu me donne les moyens de les réaliser.

Votre  mot de  fin …

Je remercie toutes les personnes qui prendront un peu de leur temps pour lire cet interview qui m’est consacrée et si je puis de par mon parcours, déclencher une motivation chez quelqu’un qui était dans un questionnement face à son idée de création d’entreprise, je ne peux qu’en être heureuse. Je dis aux femmes et aux hommes qui veulent se lancer dans l’Entreprenariat, allez-y et n’abandonnez pas au premier obstacle, ça peut marcher si vous êtes persévérants car tout le monde le sait, l’entreprenariat n’est pas toujours un long fleuve tranquille.

Je dis également à tous que rien n’est impossible. Il faut considérer l’échec et tout ce qui va avec (puisque ce sont malheureusement des choses qui peuvent arriver dans le monde des affaires et dans la vie en général) comme une expérience et non comme un découragement.

Ne pas s’arrêter au premier obstacle et toujours essayer de surmonter les difficultés a toujours été ma devise.

Bisous à toute ma famille en Guinée et ailleurs, merci à mon cher époux pour son soutien inconditionnel, mes enfants chéris, mes ami(e)s, de près ou de loin.Et je souhaite du bonheur pour tous.

De belles perspectives en tout cas pour votre entreprise, nous vous souhaitons Zénab un bel avenir sur le marché du bio et une longue vie à vos  entreprises.

Merci Nenette pour tous ces vœux, je te souhaite pleine santé et de bonnes choses dans ta vie.

Propos recueillis par Nenette Balde pour nenehawa.com

{module Dernières actualités..}

{module pub_generale}

Identification



Faire un don

Enter Amount: