NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Pour un médiateur officiel pour l’égalité des sexes en Guinée

  • PDF

L’espoir de voir enfin la guinée entrer dans le monde des nations qui respectent les droits élémentaires des femmes s’est estompé avec la composition  du premier gouvernement issu des dernières  élections présidentielles. Les femmes occupent à peine 16 % de postes lorsqu’on s’arrête au nombre de ministres, sans compter les conseillers à la présidence et les directeurs déjà nommés.

Le message à comprendre avec la marche des femmes, le mercredi 13 janvier  2011 est le suivant : «  les femmes ne doivent plus attendre et qu’il est impératif que les dispositions en faveur des femmes, contenues dans la constitution soient respectées ».

Le faible soutien de la femme ordinaire guinéenne au combat pour un pays où les hommes et les femmes auront les mêmes droits inquiètent dans une certaine mesure.

Peut-être qu’il faut qu’on fasse de temps en temps un bref rappel des faits et surtout des avancées des pays où les femmes sont bien représentées.

Nous parlerons brièvement de l’Allemagne et aussi de la Norvège.  Deux pays avec des histoires différentes mais où la femme a été au centrale du développement.

Apres les 2 guerres perdues, l’Allemagne pour se reconstruire intègre la femme dans les sphères de décision et tous les métiers leurs sont ouverts.

Le résultat ne se fait pas attendre, un pays ruiné devient en 30 ans, la première puissance européenne.  Il est reconnu que c’est grâce au dynamisme des femmes dans les années d’après guerre.

La Norvège est un  exemple dans le combat pour légalité des droits entre hommes et femmes. Allons un peu sur le fond du mécanisme qui garantit la protection des droits femmes.

Il existe en Norvège un médiateur pour l’égalité des sexes officiellement nommé et connu. Il ou elle  dirige une institution avec pour mission :

-          de veiller à l'égalité de statut entre les femmes et les hommes

-          de veiller à la représentation obligatoire des deux sexes dans tous les conseils, commissions et comités de la fonction publique (minimum 40 % des femmes)

-          d'inciter les femmes à poser leur candidature aux emplois de toute nature

-         de veiller à ce que les femmes enceintes ou en cours de congé de maternité légal, ne soient pas expulsées de leur emploi. La loi norvégienne interdit de licencier une employée enceinte ou en congé de maternité. Et il est également interdit d'empêcher un homme de prendre un congé de paternité légal, si le couple désire que ce soit l'homme qui reste auprès de l'enfant durant la première année suivant la naissance.

Pour conclure, nous affirmons qu'on ne peut pas construire la Guinée sans les femmes.  Surtout sans des femmes responsabilisées et indépendantes.

Exigeons ensemble avec l’aide des hommes qui en profiterons aussi,  un Médiateur pour l’égalité des sexes en Guinée à l’image de la Norvège. Faut-il préciser que la Norvège est depuis un temps toujours en tête des pays lorsqu’on considère l’indice de développement humain ?

Nenette  BALDE pour Nenehawa.com

Que la Guinée reste bénie

Identification



Faire un don

Enter Amount: