NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

Interview : Aissatou Sascha Yattara Jeune mannequin guinéenne.

  • PDF

Elle est belle, elle est jeune (26 ans), elle est grande (1.80), elle est mannequin. Bref, Sasha Aissatou  Yattara  a tout pour plaire.

Et malgré son emploi du temps chargé  elle a trouvé un petit moment pour nous parler de son métier, de ses ambitions et futurs projets. Entretien à Lire

 

Bonjour   Sasha  nous sommes heureux de t´avoir sur notre plate forme. Comment tu te portes aujourd’hui ?

Oui je me porte bien. Dieu merci.

Nous voulons parler de toi… Tout d’abord, pourquoi et comment t'es-tu lancée dans le mannequinat ? (Comment as tu- été découverte ? et quand ?)

J’ai aimé le mannequinat depuis  le bas âge ;  c'était juste un hobby au début. Au primaire, je défilais à l'école à chaque kermesse, je prenais souvent l´exemple sur  maman qui aimait la mode et nous expliquait souvent son parcours.   J’ai été découverte par une amie de maman qui vit aux États Unis en 2004. A chaque fois qu’elle me voyait défiler, elle encourageait ma mère de m'inscrire dans une agence à Abidjan ou Johannesburg. Mais maman disait toujours qu'elle aimerait que j'étudie d'abord et qu'après mon bac je pourrais bien avoir le temps de me former et si je le désirais toujours faire le mannequinat.

Tu  es  connue pour ne pas avoir froid aux yeux. D'où te vient ce comportement audacieux mais très professionnel qui te caractérise depuis toujours ?

(Rires) On me dit souvent cela, mais je recevais ces conseils de ma feu Mère qui m'encourageait, me disait tout le temps " le professionnalisme n'a rien avoir avec la peur et des doutes ". Elle me poussait de ne pas abandonner, à avoir confiance en moi quoi qu'il arrive, parce qu’au début ce n’était pas facile. Surtout travailler avec des gens qui ne  pensent qu'à leur poche, qui te donnes des contrats pour prendre tous tes sous ou refuser de te donner des contrats parce qu'ils ont déjà des filles qui veulent juste défiler pour « free » et qui veulent juste être connues.  Bref les débuts ce n’est jamais facile donc pour être professionnel tu penses à bien te former d'abord avant de penser à l'argent et j'ai toujours eu un manager fantastique qui m'a pris comme une sœur et avec lui j’ai pu faire la connaissance de plein de designers, mannequins et  bons instructeurs.


Et tes   meilleurs moments depuis que tu bosses ?

Mes meilleurs moments furent avec ma mère. Souvent je lui faisais des cadeaux. L'expression sur son visage était tout pour moi. Surtout quand elle était hospitalisée et que je lui faisais  des visites surprises depuis l'aéroport, dès qu'elle me voyait elle se mettait à chanter et pleurer  et me disait c'est bien de mettre au monde des enfants qui t'aiment. Mon plus grand souvenir reste  Maman. ( paix á son âme )

A part le Mannequinat, que fais tu ou as-tu d’autres ?

A part le mannequinat, je fais souvent des affaires,  je suis dans le commerce, je continue mon master, j'ai beaucoup des  projets en cour. J’ai fait l'anglais et des cours professionnels après ma licence.  Je suis bilingue, mais parle souvent l'anglais

Quel est le poids moyen pour devenir mannequin ? Quel  est le  tien ?

Non dans la mode d'aujourd'hui il ya pas de taille ou poids fixe pour être mannequin, nous avons des mannequins obèses, médiums et « slims ». ca dépend juste des créateurs et des contrats.

J’ai pas de poids fixe parce que ca dépend souvent des contrats. Si je gagne de job qui indique dans le contrat de maigrir ou grossir pour accomplir le boulot ben je le fais sans soucis. C'est pourquoi des fois je change souvent de forme.

Quels sont les créateurs avec qui aimerais-tu travailler ?

j'aimerais bien travaillé avec des célèbres créateurs comme folorunsho Alakija du Nigeria (Mon mentor), Adeline André , Véronique branquinho, Alex Perry , Pierre Balmain, Christian Lacroix , Linda Britten, Yves castaldi, Paul Marciano, Folake coker

Y'a-t-il des mannequins que tu aimes particulièrement ?

Oui j'adore bien Naomie Campbell, Taira Banks ,  Twiggy, Doutzen Kroes , Candice swaynepoel , Linda Evangelista elles ont un caractère spécial sur le podium ou quand elles travaillent.

Le maquillage et démaquillage étant une obligation pour se rendre belle et se transformer selon les concepts des designers, as –tu des astuces et conseils pour protéger  ta  peau ?

Oui les astuces pour protéger sa peau est de juste boire beaucoup d’eau, ne pas mélanger de différent produit pour appliquer sur la peau, souvent utiliser les poudres de bébé  sur le visage la journée pour  permettre la peau de bien respirée et moi j'utilise souvent du citron sur le visage avant d'aller me laver pour éviter  les  acnés.

Aujourd’hui, pratiquement toutes les grandes villes africaines ont des événements phares en matière de mode. Pensez-vous que cela est un bon signe pour l’avenir de la mode sur le continent ?

Oui je trouve que c'est bien et les gens commencent à comprendre et à valoriser le mannequinat en Afrique. Avant c'était mal vu mais maintenant je vois beaucoup de gens s'investir dans la mode.

. Peux-tu nous parler de tes projets en 2016 ?

Des projets, j’en ai plusieurs. Pour citer quelques uns en cours :Création d’une agence de mannequinat Création de ma propre marque de cheveux J'en ai plein d'autres mais on avance pas à pas.

. Les jeunes qui sont l’avenir de notre continent. Quels conseils pratiques pour qu’ils puissent se prendre en charge et devenir des acteurs authentiques  de nos pays en Afrique

J'ai remarqué qu'en guinée presque tout le monde veut travailler dans des grandes sociétés qui ont déjà réussi. Mais je pense que faire des projets et essayer de les réaliser nous aiderait  plus et créerait  beaucoup d'opportunités pour d'autres qui ne pensent pas loin.J'aimerais bien contribuer au développement des jeunes de mon pays surtout les filles en aidant ceux qui ont de la motivation à réussir et être la base de leur réussite. Ca  représenterait pour moi une grande fierté.

. Nous te remercions  pour ta disponibilité. Un mot aux lecteurs de nenehawa.com.

Merci à vous pareillement, nenehawa.com. C'est gentil de m'avoir invité. J’aimerais juste ajouter que vivre à l'étranger n'est pas facile du tout, mais on s'adapte. Je conseille de  ne jamais abandonner est la clé : avec le temps, on parvient toujours à réaliser ses rêves. Seul le travail paye !

Une interview réalisée par  Nenette Baldé  Pour Nenehawa.com


{module Dernières actualités..}

{module pub_generale}

Identification



Faire un don

Enter Amount: