NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

"J'ai volé le mari d'une autre et je culpabiliserai toute ma vie pour cela"

  • PDF

On entend souvent les voix des femmes bafouées s'élever quand il s'agit de tromperie. On entend leur tristesse, leur colère mais on se préoccupe rarement des sentiments de la "piqueuse de mari" . Nichola Alexander est l'une d'entre elles et elle livre un témoignage très personnel et touchant dans le Daily Mail.

 

 

Nichola a rencontré John lorsqu'elle n'avait que 22 ans. L'homme était marié et âgé de 46 ans. "Je savais qu'il était inapprochable", se souvient Nichola. "J'ai ressenti un frisson inattendu lorsqu'en décembre 1992, il m'a fait des avances à la fête de Noël de l'entreprise dans laquelle on travaillait." Nichola, "jeune et naïve", pensait que "vu qu'il ne quitterait jamais sa femme, elle ne le saurait jamais et donc personne ne serait blessé. J'avais vécu une relation compliquée avec mon copain précédent et je me disais qu'une histoire sans engagement était idéale."

Quatre ans ans après le début de leur relation, John a décidé de quitter son épouse pour sa jeunette. Le mari volage s'est senti coupable. La maîtresse également. "Il donnait beaucoup d'argent à sa famille pour apaiser sa culpabilité. J'ai réussi à me convaincre que sa famille était si à l'aise financièrement qu'elle ne pouvait pas souffrir à cause de moi. Il leur rendait visite souvent aussi. Mais quand il partait, j'avais l'impression de redevenir la maîtresse. Pendant des années, j'ai eu l'impression qu'on me l'avait juste prêté."

Jill, l'épouse trompée, et Nichola se sont rencontrées à plusieurs reprises. Jill a fait preuve de classe malgré la situation difficile. Nichola et John ont eu des enfants et Jill leur envoie des cadeaux à chaque Noël, ils l'appellent Nanny. Ils sont même déjà tous partis en vacances ensemble. "Nous étions ensemble sur la côté d'Azur et je me souviens encore de la piqûre de honte que j'ai ressentie quand Jill nous a présentés à un serveur en disant: Voici mon mari et sa famille."

Jill et John sont toujours mariés aujourd'hui. Jill, fervente catholique, ne peut pas envisager le divorce. Ils auraient dû fêter leurs 40 ans de mariage il y a trois ans.

"Je vis la vie dont elle rêvait pour ses vieux jours"

Nichola culpabilise tous les jours. "A cause de la crise, Jill a dû déménager. John ne savait pas continuer à la soutenir financièrement de la même façon qu'avant. (...) Dans ma grande maison, je ne peux pas m'empêcher que je mène la vie que Jill avait prévu et mérité pour ses vieux jours."

"Aujourd'hui, j'ai l'âge que Jill avait quand j'ai commencé à sortir avec John. Je regarde les femmes de 20 ans et je vois comme elles sont jolies et jeunes comparées à moi. Je me sens si mal. Ma jeunesse a dû être si difficile à gérer pour Jill à l'époque."

"Je suis avec John depuis 20 ans mais il ne sera jamais tout à fait à moi. Si je pouvais revenir en arrière et parler à la fille de 22 ans que j'étais, je lui dirais de rester à l'écart des hommes mariés. Cela a causé trop de chagrin à tout le monde. Mais si je n'avais pas rencontré John, je n'aurais pas mes beaux enfants. Ils valent le prix émotionnel que j'ai payé."

"J'ai volé le seul homme que Jill ait jamais aimé. Si je n'avais pas été là, ils seraient encore une famille unie aujourd'hui. Donc, à toutes celles qui envisagent de voler le mari d'une autre, je vous conseille de vous préparer à une vie complète de culpabilité."

Source:7sur7be

{module Dernières actualités..}

{module pub_generale}

 

 

Mise à jour le Mercredi, 07 Décembre 2016 16:18

Identification



Faire un don

Enter Amount: