NENEHAWA.COM

Femme guineenne et africaine

L’infidélité du mari n’est pas une cause de divorce dans le droit guinéen.

  • PDF

Chère cousine, c’est avec beaucoup de compassion que je réponds à ton mail. La situation de ton foyer m’attriste. Tu es une femme qui ne mérite que le bonheur, mais ton mari en a décidé autrement. Comme tu as refusé la polygamie qu’il t’a proposée, il t’impose une maîtresse[1]. Tu n’en peux plus et envisage le divorce. Mais il te prévient que tu ne peux obtenir le divorce pour infidélité.

Chère cousine, ton mari a malheureusement raison. Il est certainement informé sur les causes de divorce dans le droit guinéen. En effet, l’article 341 du Code civil guinéen dispose que : « le mari pourra demander le divorce pour cause d’adultère de sa femme ». En revanche, suivant l’article 342 du même Code, « la femme pourra demander le divorce pour cause d’adultère de son mari, lorsqu’il aura entretenu sa concubine au domicile conjugal ». Le mari peut donc, obtenir le divorce en se fondant sur l’infidélité de sa femme, en application de l’article 341 du Code civil. Alors que, la femme ne peut obtenir le divorce pour infidélité de son mari qu’à condition que celui-ci entretienne sa maîtresse au domicile conjugal.

Chère cousine, dans ta situation tel n’est pas le cas, parce que ton mari entretient sa maîtresse en dehors de votre domicile conjugal. Tu ne pourras pas demander donc, l’application de l’article 342 du Code civil.

Cependant, chère Cousine tu peux te fonder sur d’autres articles pour obtenir le divorce. Ton mari n’est pas aussi bien informé qu’il en a l’air. En effet, suivant l’article 323 du même Code, « les époux se doivent mutuellement fidélité, secours et assistance ». Et suivant l’article 344 du même Code, « le juge pourra, en outre, prononcer le divorce à la demande de l’un des époux pour sévices, refus persistant d’accomplir les devoirs conjugaux, atteinte à la dignité du conjoint, ou toute violation grave et renouvelée des devoirs et obligation nées du mariage ».

Or, chère cousine, tel est le cas pour toi, car ton mari a une relation extraconjugale suivie. Ce fait constitue une violation répétée de l’obligation de fidélité.

Chère cousine, tu pourras donc, demander le divorce sur le fondement des articles 323 et 344 du Code civil.

Chère cousine, j’aurais préféré te conseiller dans d’autres matières juridiques que le divorce, toi la femme dévouée. Mais la vie n’est pas juste. Il faut regretter cette différence de traitement de la violation de l’obligation de fidélité des époux par le législateur guinéen. A l’occasion, il est permis d’encourager les femmes politiques qui ont eu l’initiative d’exiger 30% de femmes sur la liste pour les législatives prochaines[2]. Parce qu’il est évident que l’article 342 aurait été rédigé autrement si la proportion de femmes avait été importante dans l’assemblée nationale.

Chère cousine, maintenant que tu connais tes droits, revendique les !

Sékou Koïta pour le site nenehawa.com


[1] V. S. Koïta, la polygamie est légalement interdite chez nous en Guinée. Nenehawa.com, rub. Société.

[2] V. N. Baldé, les défis de la femme guinéenne pour une meilleure intégration dans la scène politique. Nenehawa.com, rub. Société.

Identification



Faire un don

Enter Amount: